Avec un indice de 240 ppm, l'eau de Honjuku est particulièrement dure pour le Japon. Ce chiffre ne vous dit peut-être pas grand chose, mais il conditionne directement la qualité et l'originalité des produits de la brasserie dont nous avions envie de vous parler aujourd'hui, la brasserie de Iwase Shuzo.
Loin des artifices et des arguments marketing, le saké Izumo Kamba que nous avons le plaisir de vous présenter aujourd’hui est un saké rosé profondément ancré aux traditions shintos et aux croyances ancestrales. Produit par une maison que nous apprécions tout particulièrement, Sakemochida Honten, voici l’histoire d’un saké conçu comme une offrande aux divinités.
A Okayama, il est possible de découvrir un saké particulier produit à partir d’un riz qui l’est tout autant, le riz Omachi. Focus sur la brasserie de Kumaya Shuzo.
Le Japon est actuellement en plein Hanami, la saison de floraison des cerisiers. Les cerisiers ont une signification historique et symbolique, ils sont associés à la notion de pureté et de perfection dans la culture japonaise. Ils sont symboles de beauté, de renouveau et de la fugacité de la vie, une notion connue sous le nom de « Mono no aware » que l’on peut traduire par « la sensibilité pour l'éphémère ».
Voici une boisson ultrapopulaire au Japon et qui reste pourtant assez méconnue en France. Originaire de Kyushu, son histoire, la manière dont elle est produite, et sa versatilité en termes de modes de consommation en font un sujet très intéressant à creuser. C’est ce que nous vous proposons de faire dans cette communication.
En Irlande, le trèfle est appelé « shamrock », un nom qui viendrait du gaélique ancien « seamrog » qui signifie « petite plante à trois feuilles ». C’est également le nom que la brasserie Tanaka Shuzo a décidé de donner à l’une de ses cuvées spéciales, le Shamrock Junmai Genshu. Le lien entre le saké et Saint Patrick n’est pas évident, mais la symbolique de la trinité qu’évoque cette petite plante à trois feuilles est tout sauf inintéressante !
Le saké koshu, également appelé "Jukusei-shu" ou "saké mûri", désigne une catégorie spécifique de saké japonais ayant subi un vieillissement d'au moins trois ans. Le terme "koshu" lui-même se traduit par "vieux" en japonais. Ce type de saké représente seulement 1% de la production totale, mais contrairement à la plupart des sakés, généralement consommés jeunes pour en apprécier la fraîcheur et les arômes fruités, celui-ci développe des saveurs plus complexes et des caractéristiques propres au...
Cela fait maintenant quelques temps que nous souhaitions vous parler de Hayashi Honten, une brasserie située en plein cœur du Japon, dans l’incontournable préfecture de Gifu. Dans cet article de blog vous découvrirez l’environnement incroyable entourant la brasserie et comment cette dernière a réussi à se démarquer en développant une méthode unique pour la production de ses sakés.
Le casse-tête consistant à trouver une idée originale pour la Saint-Valentin arrive très bientôt. Vous souhaitez sortir du classique trio « fleurs - bijoux - parfums » ? Nous avons pensé que ces quelques propositions autour du saké pourraient amener un peu d’originalité, coller davantage avec vos intérêts, et vous donner surtout une occasion de les partager.
Le saké présente la particularité de pouvoir être dégusté sur une large plage de températures allant de très frais (5°C) à vraiment chaud (60°C). Frais, il est appelé "Reishu", dégusté à température ambiante, il prend le nom de "Hiyazake", et le saké chaud devient "Kanzake".
En cette période entre Noël et nouvel an, nous avions envie de vous parler du Daruma. Connaissez-vous cette figurine traditionnelle japonaise faite de papier mâché et peinte en rouge vif ? Elle représente un moine barbu sans bras ni jambes, assis en méditation. Elle tire son origine des enseignements de Bodhidharma, le fondateur du bouddhisme Zen.
Nous avions envie de vous parler du service du saké. L’occasion de faire passer quelques conseils, mais aussi de montrer certaines possibilités de présentation en espérant qu’elles soient pour vous sources d’inspiration.
Vous souhaitez en apprendre davantage sur le saké, ou peut-être offrir les clefs pour le comprendre à un proche qui débute ? Nous passons aujourd’hui en revue quatre ouvrages aussi pertinents que passionnants. Chacun dans son style, ils éclairent un peu plus sur cette boisson. Tous regorgent d’informations précises et claires permettant d’accéder à une compréhension approfondie du sujet. A vous de choisir par lequel vous souhaitez commencer !
Le saké, dans son immense diversité, s’accorde avec une infinité de mets. Les préparations du quotidien, mais aussi les mets d’exception. En témoigne son itinéraire fulgurant dans l’univers des restaurants créatifs ou étoilés. Chefs et sommeliers n’hésitent plus à l’inclure à leur proposition sous forme d’accords nouveaux, associant leurs exquises créations culinaires aux subtils arômes du saké.
Pour bien démarrer les fêtes, nous vous proposons notre TOP 5 des sakés les plus plébiscités par nos clients en 2023. Que ce soit au cours des salons, des différentes dégustations ou même en ligne, les chouchous existent. Les voici avec une remise de 10% jusqu'au 19 novembre !
Nous vous parlions il y a quelques jours de cette nouvelle collaboration entre la brasserie de saké Shichiken et Alain Ducasse avec le lancement du du Alain Ducasse Sustainable Spirit, un shochu de saké kasu maturé 3 ans en fût de de Whisky de la distillerie de Suntory Hakushu, avant d’être embouteillé à 37°. Nous vous proposons de découvrir aujourd'hui une série de 4 cocktails réalisés à partir de celui-ci.
Nous avons le plaisir de vous annoncer aujourd'hui le lancement du "Alain Ducasse Sustainable Spirit", une nouvelle et magnifique collaboration entre Alain Ducasse et la brasserie Shichiken. Dans une initiative originale associant développement durable et innovation, deux concepts chers aux protagonistes, ils ont imaginé un nouveau shochu que nous avons eu l’occasion de déguster en avant-première lors d’un déjeuner presse à l’hôtel Meurice en septembre. Nous avons été époustouflés par autant...
Nous n’allons pas vous parler aujourd'hui d’une brasserie multi centenaire, bien au contraire... Nous avons le plaisir de vous faire découvrir l’émergence d’une nouvelle brasserie de saké sur notre territoire national, une sakagura française joliment nommée Azerou !
Nous avions envie de vous parler de la brasserie de Hatsumomidi. D’une part, et cela va de soi, parce que leurs sakés sont excellents et nouveaux chez nous, mais aussi parce que son histoire est assez représentative de ce qui se s’est passé dans de nombreuses sakaguras. En grand déclin dans les années 70, cette petite brasserie de la préfecture de Yamaguchi a su se redresser depuis 2003 grâce au travail acharné de Yasuhiro Harada, le représentant de la 12ème génération de propriétaires.
Le yuzu connait un grand succès de nos jours en France. Les plus curieux l’ont certainement découvert dans les restaurants japonais d’un certain niveau de qualité, mais il est aussi très utilisé dans les restaurants gastronomiques, en confiserie et en pâtisserie. Citons les récentes et excellentes réalisations de Pierre Hermé et sa collection nommée « japonisme » qui comporte un macaron au Yuzu et qui s’est vu décliné cette année en crème glacée par la célèbre marque Haagen Dazs !
Le Nihonshudo est un paramètre à connaitre lorsque l’on déguste un saké. Une valeur qui oscille autour du zéro et qui indique si le saké est : sec, la valeur sera positive et plus elle sera élevée, plus le saké sera sec ; ou alors doux, la valeur sera négative et plus elle sera basse et plus le saké sera doux.